Photos Saint Nicolas 2021

Le point sur nos organisations sportives


Chers pilotes,

Comme nous avons déjà eu l’occasion de vous le préciser précédemment, après que le quotidien «Het Belang van Limburg» ait ameuté la population, l’association vzv Limburgse Milieukoepel (une association écologique) a introduit une plainte contre la décision du Collège communal des Fourons nous accordant - pour 2 week-ends sur l’année au lieu de 3 week-ends précédemment - un renouvellement de permis environnemental de classe 2, pour la pratique sur circuit, sis à Bois de Loë à Fouron-Saint-Pierre, de manifestations pour des véhicules à moteur (dans notre cas auto-cross et endurance motos). Nous avions également obtenu des avis favorables d’organismes environnementaux comme « Natuur en Bos » (Nature et forêts) et la Direction Environnement – Division Gestion des Eaux. Durant la procédure administrative, nous avons introduit, en réplique, un dossier complémentaire au bureau des plaintes. Nous y précisions les mesures environnementales importantes prises pendant nos meetings ainsi que des photos aériennes actuelles pour démontrer que le terrain était remis en état après chaque manifestation afin que l’activité agricole reprenne son cours normal et sans préjudice durant le reste de l’année.

Malheureusement, la Députation permanente du Limbourg a finalement donné un avis négatif sans tenir compte de notre réaction et des pièces nouvelles portées au dossier. Notre demande d’autorisation a été refusée en se basant uniquement sur la plainte de l’association portant sur les nuisances sonores, les poussières, les gaz d’échappement, les atteintes au sol, le manque de précisions du plan cadastral,… Dans l’avis rendu il est aussi précisé qu’aucunes mesures préventives adéquates n’étaient prévues afin de limiter un minimum les nuisances pour le tourisme et sur l’environnement (paysage, zones protégées, terrains classés pour l’agriculture, 3 habitations à – de 75 mètres,…). On regrettera que cette décision ait été prise par des personnes qui n’ont même pas pris la peine de se déplacer pour constater de visu la situation. On regrettera aussi le fait que nous n’avons même pas eu droit à assister aux réunions virtuelles ! Ces décideurs n’ont pas été convaincus par nos arguments. Seuls tous les leurs étaient probablement les bons.

Confrontés à cette décision négative, nous avions encore la possibilité d’introduire un recours au «Conseil d’Etat », plus précisément au Raad voor Vergunningsbetwistingen qu’on peut traduire par «Conseil pour les contestations des autorisations». Les frais élevés administratifs et de procédure (avocat, experts environnementaux, réalisation de plans au 1/200,…) d’une telle action n’étaient pas envisageables pour nos petites associations dont les bénéfices sont redistribués avec des objectifs caritatifs (St-Nicolas des enfants, école, lutte contre le cancer,…).

Une nouvelle demande en classe 3 (1 organisation l’année) pourrait être introduite, mais là encore cela demandera encore beaucoup de travail et de patience… Si elle est accordée, l’Ecurie (comité auto-cross) en serait la bénéficiaire prioritaire.

Historique… Notre Club, né fin des années 60, organisait au départ des cross avec la fédération FMPL, puis, en 1975 et jusqu’en 2000, nous organisions une balade enduro tracée dans nos chemins de campagne. En 2001, la nouvelle majorité communale décidait de ne plus octroyer les autorisations et nous invitait à poursuivre nos activités sportives sur terrain privé. Nous nous lancions dans l’aventure endurance sur circuit, en 2001 avec le Club Victory puis en 2002 seuls sans expérience, avec 70 équipages au départ et un succès grandissant les années suivantes. Nous avons compté jusqu’à 180 équipages en 2014. A l’époque déjà, nous avions bien conscience de la nécessité de prendre des mesures environnementales pour le bien-être des riverains. Pour ce faire, nous avions pris certaines mesures énergiques dont la réduction sonore (silencieux type enduro ou en plaçant un réducteur de décibels), pour la protection du sol (tapis environnemental, ramassage des poubelles par les pilotes,…) et pour la sécurité (épandage d’eau pour éviter la poussière, barrières de protection pour les spectateurs,…). Ces mesures, pourtant importantes pour la survie des épreuves et prises pour répondre aux défis environnementaux, n’étaient pas acceptées par certains pilotes qui ont d’ailleurs boycottés nos meetings. Nous avons tenu bon et pu maintenir notre activité ces dernières années. Comme vous pouvez le constater encore une fois, la pratique des sports moteurs fait l’objet de plaintes, de contraintes réglementaires, de fermetures de circuits,.... Cette pression n’est pas nouvelle, mais elle s’accentue partout. Les derniers circuits permanents sont en péril en Flandre tout comme en Wallonie. Réduire au maximum les nuisances, apparaissait comme un premier pas pour apaiser les plaignants. Malheureusement, nous ne faisions pas encore assez au goût de certains… Mais fallait-il vraiment nous priver de notre passion afin de satisfaire quelques personnages que tout dérange ? Vous connaissez la suite…

Merci à tous de votre soutien… Soutenez également les comités (Club Victory, Motodev,…) qui agissent pour sauver notre sport !

Le Moto-Club des Fourons